Littérature anglo-saxonne

Braddon Mary Elizabeth – Le Locataire de sir Gaspard (tome premier)

Braddon Mary Elizabeth – Le Locataire de sir Gaspard (tome premier) : Après 15 ans passés à voyager à travers le monde, un gentleman d’une quarantaine d’années aux habits râpés, loue un pavillon de chasse retiré dans la province anglaise. Lorsque le propriétaire des lieux revient avec sa fille d’un long séjour sur le Continent, il se prend d’amitié pour son locataire avec qui il a des discussions intéressantes. Les jours s’écoulent paisiblement, … jusqu’à l’arrivée d’une veuve qui s’invite pour les fêtes de fin d’année. Des indices éparses sous-entendent que certaines personnes ne sont pas ce qu’elles paraissent être et cachent des secrets.

Stacpoole Henri de Vere – Le Récif aux étoiles

Stacpoole Henri de Vere – Le Récif aux étoiles : Ce livre d’aventure nous amène en Nouvelle-Guinée en compagnie d’individus plus ou moins louches à la recherche d’un trésor volé, caché dans une contrée sauvage. Macquart est un aventurier sans scrupules qui entraîne un petit groupe attiré par l’or.
Naïveté, duplicité, vengeance et amour accompagnent les acteurs de ce voyage dangereux au cours duquel les caractères des personnages se dévoilent au fur et à mesure des difficultés qu’ils rencontrent.

Dickens Charles – Vie et aventures de Martin Chuzzlewit (tome 2)

Dickens Charles - Vie et aventures de Martin Chuzzlewit 2 - Bibliothèque numérique romande - illustration de Hablot Knight Browne

Dickens Charles – Vie et aventures de Martin Chuzzlewit (tome 2) : Dans ce deuxième tome, nous retrouvons les nombreux personnages qui nous avions découverts dans le premier tome de ce roman de Charles Dickens. Des personnalités et caractères distincts nous font vivre de nombreuses petites histoires qui se mêlent et s’entremêlent, pour nous offrir cette grande histoire qui accroche. Martin Chuzzlewit, le petit-fils, et son comparse, Mark Tapley, reviennent d’Amérique. M. Pecksniff se préoccupe beaucoup de Martin Chuzzlewit, le grand-père, à moins que ce soit sa fortune qui l’intéresse ; aussi il se brouille avec pas mal de monde. Ses filles font leur vie. Un certain Montague Tigg se lance dans des affaires douteuses, attire Jonas Chuzzlewit. Quant à Tom Pinch, il retrouve sa sœur à Londres et…

Dickens Charles – Vie et aventures de Martin Chuzzlewit (tome 1)

Dickens Charles - Vie et aventures de Martin Chuzzlewit 1 - Bibliothèque numérique romande - Yves Bartholomé Rivière en Colombie britannique

Dickens Charles – Vie et aventures de Martin Chuzzlewit (tome 1) : Un roman picaresque de Charles Dickens qui fait intervenir un grand nombre de personnages, le plus souvent très typés, et que l’on découvre au gré des chapitres. Nous commençons avec M. Pecksniff, qui enseigne l’architecture à des élèves qu’il héberge. Ou du moins est supposé le faire. Car si Tom Pinch lui voue une admiration et une reconnaissance sans bornes, d’autres élèves sont nettement plus critiques envers les qualités et les motivations de leur professeur. Arrive ensuite Martin Chuzzlewit, le grand-père : un homme riche, ce qui génère l’intérêt du reste de la famille… et sa méfiance vis-à-vis du reste de sa famille. Son petit-fils, prénommé Martin également, mis en disgrâce par son grand-père, amoureux de la belle Mary, décide alors de faire étape aux États-Unis afin d’y trouver réussite et fortune. Mais est-ce si simple que ce qu’il croit ?

Footner Hulbert – La Vallée scellée

Footner Hulbert - La Vallée scellée - Bibliothèque numérique romande - Yves Bartholomé Rivière en Colombie britannique

Footner Hulbert – La Vallée scellée : 1874. Ralph Cowdray est un jeune médecin qui s’est installé à Fort-Edward, en Colombie-Britannique. Fort-Edward n’est encore qu’un groupe de grossières cabanes et, si Ralph a décidé de s’y installer, c’est qu’il recherche l’aventure dans l’endroit le plus éloigné qu’il ait pu trouver. Malheureusement, au lieu d’une vie romanesque, ce qu’il y trouve c’est surtout une vie sans saveur dans un hameau misérable, bien éloignée de ses rêves. Du moins jusqu’à l’arrivée de Nahnya, jeune Indienne métissée, qui lui demande de soigner sa mère qui s’est cassé le bras.

Scott Mansfield – Rideaux rouges

Scott Mansfield – Rideaux rouges (traduction adaptation de Michel Epuy) : La famille Copeland s’apprête à célébrer le mariage de leur fille Grâce avec Fred Aldridge. Leurs convives, outre les deux sœurs du prétendant, sont des gentlemen distingués tels l’avocat Endicott, le narrateur Clayton et son ami le chercheur Manning, l’hypnotiseur Osgood mais aussi Kirke un homme inquiétant détesté de tous. La veille de la cérémonie, ce dernier est retrouvé assassiné dans sa chambre.

Shaw Stanley – La Sirène des neiges

Shaw Stanley - La Sirène des neiges - Bibliothèque numérique romande - Laura Barr-Wells Château de Grandson Shaw Stanley – La Sirène des neiges : Qui donc vole l’or des réserves fédérales pour le remplacer par des pièces truquées? Tous les agents du Service secret américain sont mobilisés. Le jeune agent Alain Jensen, envoyé en direction du nord, soigne un mourant dans un campement de bûcherons. Les bribes d’information échappées lors des derniers instants du malade l’envoient dans la cabane isolée de Little Babos sur la «Piste du Mort»… Il y rencontre un étrange trappeur et une belle jeune femme loin d’être fragile. Surmontera-t-il leur méfiance? Et que se passe-t-il, encore plus au nord, à Camp-Argyle? Bien des aventures à couper le souffle avant de découvrir l’incroyable vérité! …

Dickens Charles – La petite Dorrit (livre 2)

Dickens Charles – La petite Dorrit (livre 2) – traduction de William L. Hugues : Les acteurs du premier tome se retrouvent dans de nouvelles circonstances et certains petits secrets qui restaient en suspens sont dévoilés. L’auteur nous montre l’influence des revers de fortune sur les comportements des individus, leur façon d’appréhender leur nouvelle vie, le soutien ou le revirement de leurs connaissances selon le milieu social ou la considération dont ils jouissaient.

Dickens Charles – La petite Dorrit (livre 1)

Dickens Charles – La petite Dorrit (livre 1) – traduction de William L. Hugues : Un homme revient de Chine où il tenait une succursale commerciale avec son père qui vient de décéder et qui, lui semble-t-il, n’a pu lui confier un secret. Chez sa mère à Londres, il remarque une frêle jeune couturière qui travaille à la journée. Il va alors s’ingénier à découvrir l’histoire de cette jeune femme dévouée à sa famille.

Conrad Joseph – La Flèche d’or

Conrad Joseph - La Flèche d'or - Bibliothèque numérique romande - Carl Fabergé Aiguille avec perles et diamants vers 1890 2Conrad Joseph – La Flèche d’or : 1874. À Marseille, « Monsieur George » – ou le jeune Joseph Conrad – a tout juste 17 ans. Il admire Mills qui lui fait rencontrer doña Rita, une égérie du mouvement carliste espagnol. Profondément séduisante, elle fait l’admiration de tous les hommes. Entraîné par Mills mais surtout par goût de l’aventure et de la mer, il entreprend, avec son ami Dominique, de livrer en contrebande des armes en Espagne. Et doña Rita le fascine…

Paradoxalement, l’intrigue se trouve plus dans la psychologies des rapports entre les personnages que dans l’action alors que «L’écriture en elle même est d’une beauté éblouissante, avec des tournures de phrases au pouvoir de suggestion d’une intensité flamboyante, semblable en ce sens à ce qui se rencontre chez Fitzgerald, qui admirait d’ailleurs beaucoup Conrad. » (Gustave, 29.04.2014, Babelio).

Fin 1874. À dix-sept ans, pour devenir marin, il [Joseph Conrad] arrive de Pologne à Marseille, qui sera son port d’attache jusqu’à avril 1878. Conrad n’a pas tenu de journal et a détruit toutes ses notes, et ses récits qui ont pour cadre la côte méditerranéenne mêlent trop fiction et réalité. Seul lieu de résidence identifié: la pension de famille de Thérèse Chodzko, 9 boulevard des Îles d’Or à Hyères, qui l’accueille à son arrivée à Marseille. […] De là, Conrad embarque pour les Antilles. […] L’armateur, M. Delestang, a des amitiés royalistes, et Conrad livre des fusils à quelques révolutionnaires en Colombie. De retour à Marseille, il continue dans la contrebande d’armes, pour un prétendant au trône d’Espagne. Ces activités le mènent à croiser une jolie dame espagnole, pour qui il va jusqu’au duel… ce qui accélère son départ de Marseille et le presse à s’enrôler dans la marine anglaise en 1878. Deux romans encadrent ses années marseillaises: La flèche d’or, roman de la jeunesse, et Le frère-de-la-côte, récit d’une dernière mission dans la presqu’île de Giens. […] La flèche d’or rend compte assez fidèlement de ses aventures des années 1874-1878. Les lieux du roman se reconnaissent, légèrement modifiés.» (Joseph CONRAD à Marseille, Hyères, Montpellier…, Terre des écrivains.com, 14.08.2003

Téléchargements : ePUBPDFPDF (Petits Écrans)Kindle-MOBIHTMLDOC/ODT